La belle plume d’Eric et sa Grand Fondo MV

C’était aujourd’hui ma 4ème participation à la GFMV. Comme chaque année un véritable bonheur de participer à cette cyclo. Bonheur décuplé cette année par le fait de le faire sous les couleurs du VCV entouré de tous les copains du vendredi et du dimanche. J’ai comme d’hab terminé loin derrière tous les potos, mais grâce a eux j’ai amélioré mon temps de 20 min au scratch et de plus de 1h00 en temps de roulement. Sans les copains du VCV avec qui je roule depuis un an cette progression n’aurait certainement pas été réalisée. Merci donc à tous de m’avoir accepté parmi vous.

Pour la course par elle même tout s’est bien passé pour moi, malgré la chaleur qui a pu être bien supportée grâce aux ravitos qui étaient suffisamment achalandés en eau. Départ en essayant d’accrocher des roues jusque Malaucène, puis montée du col de la Madeleine à un bon rythme ( pour moi ^_^). Descente vers Bédoin puis le long faux plats vers Flassan où j’ai commencé à souffrir. Montée de la Gabelle avec un copain du village, Florent, qui a fini la journée avec moi. La route est toujours aussi “pourrie”, on à l’impression de reste collé au goudron tout au long de l’ascension. Descente très rapide vers Ville sur Auzon, une chute devant moi m’a refroidi, le gars s’en sort avec une fracture de la clavicule… puis montée des Gorges de la Nesque. Petit arrêt dans la montée pour dépanner un concurrent qui avait crevé et pas de pompe. Dans la descente petit crochet par Monieux pour aller remplir les bidons à la fontaine, car le ravito de la Gabelle était déjà loin et je ne me voyais pas attaquer le géant avec seulement 1/2 Bidon. Retour sur le circuit, arrivée à la bifurcation du 100 et 122 pas de doutes, il est déjà 11h40 pas question encore cette année de basculer sur le 122, impossible d’être à Bedoin avant la barrière horaire de 13h00. A droite toute donc direction Sault. Début de la montée plutôt tranquille, les pourcentages ne sont pas trop élevés. au bout de 2 Km le panneau du col ouvert annonce le début des difficultés, les pentes commencent à se corser avec des pourcentages entre 6 et 8%. Le ravito du Km 83 est le bienvenu pour refaire le plein des bidons et du bonhomme et récupérer un peu de forces. Nouvel arrêt 1 Km avant le Chalet pour saluer la famille de Florent qui l’attendait là. Après quelques minutes re-depart jusqu’au ravito du Chalet Reynard pour refaire une dernière fois le plein des bidons et reprendre quelques forces pour l ‘ascension finale. 6 derniers Km à 5,5 de moyenne pour quasi une dernière heure d’effort. A quelques encablures du sommet ma famille et les copines étaient encore là pour m’encourager et me donner un peu d’énergie pour les derniers hectomètres. Une petite frayeur juste avant la dernière rampe d’arrivée, mon pied a glissé de ma chaussure et je me suis retrouvé en chaussette avec la chaussure encore clippée sur la pédale (si si c’est possible ^_^) arrêt le temps de rechausser et finish avec un sentiment de bonheur immense en franchissant la ligne. Récupération de la médaille et pause photos obligatoire. Puis redescente vers le mon Serein et le ravito de récupération. La famille de Florent qui nous avait rejoint nous a offert une boisson au bar , puis retour vers Vaison il faut bien rentrer… Dans le faut plat descendant entre Malaucene et Vaison nous roulons assez tranquille quand un gars nous double et nous dit au passage ” alors les gars, il faut appuyer sur  les pédales” Là comme les minots j’ai pété un câble et je lui suis parti après on s’est tiré la bourre jusqu’à l’entrée de Vaison. Ça fait du bien des fois de retomber en enfance ^_^

Bref une super journée, des supers souvenirs et vivement la prochaine même si comme à chaque fois une fois la ligne passée j’ai juré qu’on ne m’y reprendrait plus. Éric Nadal.

Photo: Sylvie Moriot