Alban a croqué la Marmotte avec brio.

Non ,non avec Alain Morin…….

Le récit de la Marmotte vu par Alban.
Dimanche dernier nous étions deux du club à nous élancer sur la mythique épreuve de la Marmotte, Alain MORIN et moi.
La Marmotte c’est 174 kilomètres avec 5000 mètres de dénivelé.
Départ de Bourg d’Oisans en bombe avant de bifurquer direction le premier col… Le Glandon.
Objectif : imprimer un rythme tempo.
Alain et moi arrivons au somment après un peu plus d’1h45 du départ et, par pur hasard, nous retrouvons en haut.
À partir de là nous ferons un bout de chemin ensemble.
La traversée de la vallée de la Maurienne se fait à allure soutenue… Maintenant place au terrible enchaînement Télégraphe/Galibier
Alain bascule au sommet du Télégraphe avec une cinquantaine de mètres d’avance. Nous nous retrouvons au ravito de Valloire, au pied du Galibier et repartons en même temps.
Les jambes commencent à brûler mais j’essaye de me caler à un bon rythme, les yeux rivés sur le cardio. Je passe le sommet en premier et au moment de redescendre Alain me dit de partir devant.
Dans la descente on forme un bon groupe, de quoi passer la vallée et rejoindre Bourg d’Oisans sans trop de soucis.
Arrivé à Bourg d’Oisans, on attaque l’Alpes d’Huez et là c’est chacun pour soi.
J’imprime de suite une cadence assez soutenue me permettant de remonter pas mal de monde avant de caler un peu dans les derniers kilomètres.
Résultat officiel (en enlevant la descente du Glandon qui n’est pas chronométrée) :
Alain MORIN finit 1018ème/7500 et 13ème de sa catégorie en 7h48
Je finis 637ème (150ème de ma catégorie) en 7h26

Une merveilleuse épreuve avec des paysages de folie, de quoi s’en souvenir pendant longtemps !

Alban Finisher .

Au pied du podium….

Merci à Bruno et Claude pour leur aide à cette préparation.

Peut être avec des coéquipiers tels Alain Morin, Claude Charpenel et Bruno Lauzier je me rapprocherais  au scratch mais ces gars me mettraient encore à l’amende et devrais je me contenter d’une quatrième place.
Ce moment durable ” presque 7h de bicyclette ” et sous un temps de montagne pas très favorable aura été vraiment un plaisir formidable, en effet je suis un Ch’ti et les gars de là haut n’ont pas peur de la pluie.

Une très chouette Cyclosportive avec les encouragements des vacanciers et aussi de ces jolies vaches alpines qui ne s”étonnent plus de voir des sportifs aux multiples couleurs.

Comme le disait Eddy Merckx, j’essaierai de faire mieux la prochaine fois ,mais lui était toujours premier. (sic).

Photos : Sylvie.

Alain Morin sur la PROBIKE BEAUME DE VENISE

La probilkeshop Ventoux Beaumes de Venise sur le circuit de 169 km

Ce samedi 1er juin, il y avait plus de 1000 inscrits sur les 2 circuits au départ de Beaumes-de-Venise  à s’ élancer à l’assaut du Géant de Provence sur  la Probikeshop GF Mont Ventoux Beaumes-de-Venise sous un soleil clément. Après un début de course très rapide, sur le circuit de 169 km et 3400 d+,  et l’ascension, vers le col des abeilles se profilait Sault ,les gorges du Toulourenc puis  le juge de paix de la course le Ventoux via Malaucène ,et, enfin le Col de Chaine suivi de la descente vers la ligne d’arrivée à Beaumes de Venise

Alain Morin 92eme/487 arrivants  4e de la catégorie .

Photo: Bruno Lauzier

Montagnacoise

“Ce dimanche j’étais sur la cyclo la montagnacoise dans l’Hérault. Cette année le circuit faisait 33km pour environ 300 m de dénivelé à répéter trois ou quatre fois…je pars pour le 99 km (un peu plus de 150 participants sur ce parcours).
Départ très tendu avec des accélérations suivies de gros coup de freins…et même de chutes. Au bout d’une dizaine de kilomètres, dans la première bosse…rechute…et cette fois ça se complique. Gros ralentissement, un trou se fait, et dans cette petite route c’est compliqué de remonter, surtout quand des petits groupes roulent en plein milieu.
Dans la principale montée, je me place à l’avant du groupe pour passer un gros relais , ça revient pas loin du peloton, je suis sec,je m’écarte mais malheureusement pas beaucoup de volontaires pour prendre la suite. Le jeu est fini.
On finira la course avec un bon petit groupe (dans lequel figure Jannie LONGO) qui perdra quelques éléments au fil des kilomètres. Ça roule “cool” mais attention aux quelques accélérations et coups de bordure avec le vent du Sud.
Au final c’est 101 km avec 950 m de dénivelé en 2H50, soit 35,7 de moyenne.
Que du plaisir, notamment de pouvoir discuter avec la championne.

Pour les amoureux de cyclosportives , je recommande.