André Derve

ZOOM sur un ancien du Velo club de Valreas

André DERVE : 43 ans de présence au Velo club sans interruption
André Derve, né le 26 octobre 1939, se passionne très tôt pour le cyclisme et participe à ses premières courses dès l’âge de 13 ou 14 ans. Mais il est issu d’une famille d’agriculteurs et, surtout à cette époque, il n’est pas question de faire le guignol sur deux roues : le travail des champs est prioritaire. André doit donc abandonner son rêve de gamin de devenir un jour coureur professionnel ceci d’autant plus qu’il est appelé au combat en Algérie, où il passera trois années difficiles de 1959 à 1962.

A son retour, il prend le temps de se marier-il aura 4 enfants avec Hélène-remonte dès qu’il peut sur son coursier et, en 1965, prend une licence au VCV Pernes les fontaines, où il restera 9 ans. Il écume alors toutes les courses de la région dès que sa famille et son emploi de Garde Champêtre lui en donnent le loisir.
En 1971 une méningite foudroyante le laisse pour mort. Du fond de son lit, il élabore les projets les plus fous et sans doute inspiré par Dary Cowl, finit par décréter que, s’il s’en sort, il grimpera le Mont Ventoux sur un triporteur. Il s’en sort, mais, famille avant tout, il n’a pas les moyens de mener à bien son projet. Il lui faudra attendre 12 ans durant lesquelles son idée ne le quitte pas…
Dans l’intervalle, il s’installe en 1974 à Valréas où l’attend un nouveau métier dans la police. Il signe naturellement une licence au VCV. Cela fait donc 41 ans sans interruption qu’il est licencié au Vélo club Valréassien. Il perd progressivement ses cheveux et, en s’entrainant la nuit comme un forcené et toujours suivi par la fidèle Hélène, participe à toutes les courses organisées dans la région en accumulant titres et récompenses (champion de Vaucluse en FFC et UFOLEP).
En juillet 83, le projet qui l’obsède devient enfin réalité. Il a mis assez d’argent de côté pour acheter un triporteur et le bricoler à son goût. Le 03 juillet, sur son attelage de 52 kg, il s’élance sur les pentes du géant de Provence. Il mettra 4h 03 mn pour rejoindre le sommet, ce qui lui vaudra une inscription au livre Guiness des records ainsi qu’une véritable notoriété nationale. Ceci d’autant plus qu’il renouvelle plusieurs fois cet exploit (5 fois en tout, la dernière en 2005 à l’âge de 66 ans, son meilleur temps étant de 2 h 56 mn) et qu’il multiplie les facéties sur son drôle d’engin ou sur d’autres montures. Par exemple, il bat un « record du monde » en tractant une heure durant une remorque lestée de 500 kgs de plomb.

Ces distractions ne l’empêchent nullement de courir, toujours et partout, même si deux vertèbres cassées par un automobiliste peu respectueux d’un stop le laissent un moment sur le flanc.
Il prend sa retraite à l’âge de 60 ans -il est brigadier chef principal- et peut enfin se consacrer au …vélo, ce qu’il fait encore aujourd’hui avec toujours autant de constance, puisqu’il a participé à 22 courses en 2014, qu’il a couru en 2015 et 2016 et qu’il a déjà repris sa licence pour 2018.
A l’heure d’un rapide bilan, ce sont, pour André Derve, 64 ans sur un vélo, près de 1 million de kms parcourus sur une petite reine (25 fois le tour de la terre !), plus de 100 ascensions du Ventoux et, surtout, une passion toujours intacte, un entrain et un optimisme qui forcent l’admiration.

Bravo ANDRE : Tu es admirable